Partager:

13 nouvelles centrales petite hydraulique en Suisse romande

14.01.2015

Entre janvier 2013 et octobre 2014, au moins 13 nouvelles petites centrales hydrauliques (PCH) ont vu le jour en Suisse romande. Ainsi, et l’inventaire n’est pas exhaustif, quatre petites centrales en rivière ont été réhabilitées, une centrale de dotation a été mise en service, de même que huit stations de turbinage sur des réseaux d’eau.

Face à la Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral, nous sommes en train d’assister aux dernières mises en service de sites en rivière. En Suisse romande, au moins quatre sites importants peuvent être cités, tous correspondant à des réhabilitations qui ont été réalisées sans impact sur l’environnement :
 

  • les Moulinets, à Orbe,
  • Rivaz II, au bord du lac Léman,
  • les Grands Moulins de Cossonay, sur la Venoge,
  • la Tzintre, fusion de deux sites, sur la Jogne.
     


Centrales de dotation


Les aménagements en pied de barrage sur les débits de dotation ont un potentiel théorique de développement significatif, notamment avec le renouvellement des concessions des grands barrages.

Caractérisé par un débit souvent constant tout au long de l’année, ce type de site exploite une chute variable, fonction de l’exploitation du volume d’eau stocké dans la retenue.

Dans le canton de Fribourg, on peut mentionner la centrale de dotation de Montsalvens, mise en service en début d’année, équipée d’une turbine Diagonale, directement issue des derniers développements du laboratoire Mhylab.


Centrales sur les réseaux d’eau

 

Les centrales sur les réseaux d’eau constituent le domaine de développement le plus favorable à la petite hydraulique, et ce d’autant plus que la Stratégie énergétique 2050 soutient encore leur développement. Rappelons toutefois une évidence : ces installations étant généralement les plus faciles à mettre en oeuvre, elles se réalisent à un rythme élevé et leur « gisement » s’épuise rapidement.

Le Valais peut être considéré comme le premier canton romand en termes de turbinage des réseaux d’eau. Depuis début 2013, comme présenté dans le tableau précédent, au moins 4 turbogroupes ont été mis en service sur des réseaux d’eau potable, ainsi qu’un aménagement dans le réseau d’irrigation de la commune de Liddes. De plus, au moins 4 nouveaux sites s’y ajouteront d’ici 2016. Et la centrale du Profray au Châble, mise en service en 2010, reste le seul exemple suisse à exploiter les eaux usées brutes.

Dans le canton de Vaud, en plus d’une centrale en réseau d’eau, deux mises en service de turbogroupe sur les eaux usées traitées sont à citer: l’une dans la commune de Bex et l’autre dans la région de Terre Sainte, au bord du lac Léman.
 


De l’électricité pour près de 4950 ménages


Ces 13 centrales réunies produisent aujourd’hui, en moyenne, près de 22 GWh/an, dont environ la moitié est issue des 4 sites en rivière.

Les prochaines mises en service ? De janvier 2013 à octobre 2014, d’après la « statistique générale de la RPC » publiée par Swissgrid, une centaine d’installations bénéficiaires de la RPC ont été mises en service, correspondant à une puissance cumulée de 91 MW et à une production de 340 GWh/an.

Face au nombre important de centrales qui ont obtenu la RPC mais qui ne sont pas encore en service (cf. article suivant) et aux délais bien définis entre l’obtention et la mise en service, d’autres mises en service vont avoir lieu.

Mais, combien en Suisse romande? Pour les sites en rivière, citons, par exemple, pour Vaud, la réhabilitation de l’usine électrique de Brent, près de Montreux (VD), un projet mené par Romande Energie en partenariat avec un privé, ainsi que d’importants projets sur l’Avançon inférieur. Pour Neuchâtel, un nouveau site sur le Seyon, à proximité du lac de Neuchâtel, est en cours d’étude chez Viteos, de même que la réhabilitation de la centrale de la Serrières. En Valais, divers projets de turbinage en torrents (comme ceux de Verbier par exemple) sont à l’étude.

Source
: Newsletter PCH, réalisée par le Centre Infoenergie Suisse romande
Crédit photo: Groupe E