Partager:

Plus d'énergie à partir du lisier de bovins

21.12.2016

Le lisier qu'un bovin produit en un an contient une quantité d'énergie qui, d'un point de vue purement mathématique, correspond aux besoins en électricité d'un foyer de quatre personnes. Le lisier de bovins dispose donc d'un grand potentiel énergétique. Toutefois, ce potentiel n'est exploité qu'en petite partie dans les installations de biogaz suisses et exploité avec une efficacité relativement mauvaise. Une analyse réalisée sur mandat de l'OFEN montre désormais : si le lisier liquide et les matières solides du lisier brut sont séparés avant la fermentation et si le prétraitement est réalisé de la manière appropriée, le rendement de biogaz peut se voir considérablement augmenté.

La biomasse pourrait apporter une contribution nettement plus grande à l'alimentation énergétique en Suisse qu'elle ne le fait actuellement. La source énergétique la plus significative dans le domaine de la biomasse est le bois, suivie des engrais. Selon l'estimation des experts, le lisier généré chaque année sur le plan national contient environ huit térawattheures (TWh) d'énergie. D'un point de vue purement mathématique, cela correspond à une part significative de la consommation électrique en Suisse. Seule une petite partie de ce potentiel a été exploitée jusqu'à présent.


Séparation du lisier et de la matière solide avant la fermentation

Le lisier de bovins cache un grand potentiel énergétique. “ Sur la voie d'une alimentation énergétique durable, la Suisse doit exploiter tous les potentiels disponibles, même si le courant issu du biogaz est actuellement relativement onéreux avec un prix de revient de 42 Rp./kWh ”, affirme Jean-Louis Hersener. Hersener est agronome de formation à l'ETH et ingénieur agro-environnemental et exploite un bureau de conseil spécialisé dans la bioénergie à Wiesendangen (ZH) depuis 20 ans. 

Dans le cadre du projet de recherche LEVER, l'expert en biogaz a analysé la possibilité d'améliorer la production de méthane par le prétraitement du lisier. Le centre spécialisé dans la technologie environnementale de l'Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), la Haute École supérieure bernoise (Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires / HAFL) de même que les entreprises de conseil et technologiques MERITEC GmbH, Methanofix GmbH et COMET AG ont participé au projet. L'Office fédéral de l'énergie a apporté son soutien financier.
 

Source : Article écrit par Benedikt Vogel, sur mandat de l'Office fédéral de l'énergie/OFEN

Vous trouverez la version complète de l'article spécialisé sur le lien suivant : www.bfe.admin.ch/CT/biomasse