Batrec Industrie AG, pour bâtir un avenir propre (BE)


Batrec Industrie AG, pour bâtir un avenir propre (BE)

Fondée en 1989, Batrec est une entreprise de haute technologie leader en Europe dans le recyclage des piles. Elle est également spécialisée dans la réactivation du charbon actif et le traitement des métaux lourds, notamment le mercure.

Année de fondation: 1989
Nombre d'employés: 70

«A l’heure actuelle, nous sommes les seuls en Europe à récupérer et traiter tous les composants métalliques des batteries grâce à notre mode de recyclage», déclare Dieter Offenthaler, directeur de Batrec. L’entreprise basée dans le canton de Berne est en effet l’unique unité au monde à avoir développé un système capable d’isoler en circuit fermé et de retraiter les matériaux dangereux des vieilles piles afin d’en extraire les matières premières qui sont ensuite réinjectées dans le cycle de production. Et le marché est énorme. Rien qu’en Suisse, 120 millions de piles sont en effet vendues chaque année. «Nous avons la capacité de recycler des volumes plus importants que ceux que nous recevons actuellement. Nous pourrions recueillir 100% des piles utilisées dans notre pays. Malheureusement, trop de batteries partent dans les ordures ménagères.» Piles rondes, piles sèches, batteries au lithium ou accus, toutes contiennent pourtant des produits toxiques et nécessitent une élimination respectueuse de l’environnement.

 

Spécialiste du mercure

Contrairement aux autres entreprises européennes actives dans le recyclage des batteries - qui en extraient seulement les pièces en acier à l’aide d’une broyeuse et d’un aimant - Batrec utilise un système de pyrolyse à très haute température, suivi d’une fusion et d’une réduction dans un four à 1600°C. «Nous atteignons un recyclage de 66%. En ce qui concerne les métaux contenus dans une pile, nous en récoltons près de 90%, un véritable bénéfice pour l’environnement.» Pour une tonne de piles usagées, l’entreprise produit ainsi plus de 300 kg de ferromanganèse, 180 kg de zinc et récupère 50 g de mercure.

Afin de traiter cette matière particulièrement toxique, elle a d’ailleurs investi plus de 15 millions de francs dans une nouvelle usine pour développer des installations spécifiques de distillation. La capacité d’élimination par Batrec des déchets contenant du mercure est ainsi passée de 300-400 à 1000-1500 tonnes par an. Des déchets qui proviennent en grande partie de l’industrie pétrochimique. De grandes compagnies pétrolières et gazières comme BP, Exxon, Shell ou encore Conoco Phillips font ainsi venir leurs déchets du monde entier afin qu’ils soient retraités à Wimmis. «Techniquement, nous sommes capables de couvrir l’ensemble des problèmes liés au mercure pour nos clients.» A la fin du traitement, le métal liquide récupéré atteint un taux de pureté de 99,995% et peut être réinjecté dans les cycles de fabrication sans aucune atteinte à l'environnement.

Autre spécialité de Batrec, la réactivation du charbon actif utilisé dans l'industrie pour la purification des gaz d'eaux usées ou d'échappement, mais aussi dans de nombreuses applications domestiques (filtres de piscine par exemple). La plupart des charbons usés ou saturés peuvent en effet être réactivés plusieurs fois afin d’être réutilisés. Un processus qui fonctionne à des températures allant jusqu’à 800°C, dans un four spécialement affecté à cet usage. Le charbon actif est chauffé et réactivé à la vapeur d’eau tandis que les polluants sont séparés de façon sélective dans le lavage des gaz. «Nous sommes les seuls à savoir traiter le carbone contaminé par le mercure.» Cette technique permet également de retraiter les catalyseurs usagés. Ceux-ci contiennent jusqu’à 40% de sulfure et 15% de mercure qui sont distillés et séparés. Les métaux de base des catalyseurs sont quant à eux récupérés par l’industrie métallurgique et permettent de fabriquer de nouvelles unités, fermant ainsi la boucle du recyclage.

Contact

Postfach 20, Niesenstrasse 44
3752 Wimmis (BE)

: +41 (0) 33 657 85 00
Fax: +41 (0) 33 657 85 01
batrec@batrec.ch

www.batrec.ch