Partager:

100’000 CHF octroyés à NeoCarbons et à sa technologie durable de conversion du CO2

07.04.2021

NeoCarbons entend lutter contre le réchauffement climatique de manière durable, innovante et profitable grâce à sa technologie unique basée sur la culture industrielle de micro-algues, qui puisent et éliminent l’excès de CO2de l’atmosphère. La start-up de cleantech vient d’obtenir un prêt Tech Seed de CHF  100'000 de la Fondation pour l’Innovation Technologique (FIT) pour soutenir son développement.

NeoCarbons a développé une technologie unique permettant d’éliminer l’excès de CO2 de l’atmosphère en le convertissant de manière astucieuse via un équipement de pointe – un bioréacteur à haute productivité pour le fermage de micro-algues. Le procédé permet de générer une grande variété de composés à haute valeur ajoutée, tels que des acides gras, de la spiruline ou des pigments : un atout de taille pour les industriels des domaines de l’agroalimentaire, du cosmétique ou encore de la pharma.

« Les technologies actuelles disponibles pour la photosynthèse reposent essentiellement sur le soleil en tant que fournisseur gratuit de photons. Mais le soleil n’est ni assez puissant, ni assez efficace pour traiter les charges industrielles de CO2 », explique l’équipe. Partant de ce constat, la start-up s’est alors penchée sur les moyens de recycler ce gaz, de manière « green », tout en générant un réel retour sur investissement. « Nous avons voulu créer un procédé qui imite la nature, à faible coût et contrôlable. » C’est là que le bioréacteur de NeoCarbons entre en jeu.

Dans ce réacteur, les sources de lumière sont positionnées dans l’espace dans le milieu de culture de manière à ce que les micro-algues trouvent la quantité exacte d’énergie dont elles ont besoin pour se développer, où qu’elles se trouvent dans l’équipement. Les micro-algues sont ainsi capables de recycler en temps réel les émissions industrielles de CO2, tout en générant des composés à très haute valeur ajoutée (pigments, sucres, spiruline, etc.) et en créant ainsi un retour sur investissement de taille.

 

Un recyclage rapide et peu coûteux du CO2

En tant que ressource très disponible, rapide, et peu coûteuse, les micro-algues se profilent comme l’organisme idéal pour un recyclage rapide et peu coûteux du CO2 : elles fonctionnent à température ambiante avec une pression normale. Le réacteur, lui-même très économique, ne nécessite que très peu d’espace en étant deux ordres de grandeur plus productif que les technologies existantes. Il réduit également les pertes en eau pour la production des micro-algues via un procédé entièrement recyclable. Le tout s’inscrit ainsi totalement dans cette démarche de développement durable souhaitée dès le départ par les concepteurs. 

NeoCarbons est née sous l’impulsion de Jean-Louis Roux Dit Buisson et du Dr. Thomas Gees, deux profils complémentaires attestant d’expériences confirmées dans le développement et la croissance de sociétés technologiques, et de solides parcours mêlant ingénierie, chimie, technologie et commerce. L’équipe de NeoCarbons collabore avec la ZHAW de Wadenswil, l’académie de bio-ingénierie parmi les plus pointues de Suisse, dans un projet financé par InnoSuisse afin de valider sur place un projet pilote industriel. Et la société a été lauréate de Climate Kick en 2017 (deuxième sur trois start-ups sélectionnées).

L’année 2021 sera consacrée au développement de l’équipement semi-industriel, à la mise en place de structures de R&D et au développement commercial de la start-up. Le prêt Tech Seed de 100'000 CHF octroyé par la FIT sera investi dans l’équipement pour les tests ainsi que dans l’embauche de nouveaux collaborateurs. Des dires de l’équipe : « Ce prêt va grandement aider NeoCarbons à accélérer ses plans de développement pour 2021 ! ». 

 

Source : communiqué de presse NeoCarbons