Partager:

Les bateaux zéro-émission de MobyFly intéressent le marché portugais !

21.07.2021

L’entreprise valaisanne MobyFly a fait parler d’elle ces dernières semaines. Dans un article publié par l’AGEFI, on apprend qu’elle vient de signer un contrat important pour la construction de neuf navires avec un opérateur portugais. Les bateaux écologiques développés par MobyFly prennent leur envol alors que l’entreprise renforce sa position dans le secteur de la mobilité navale écologique !

Basée à Collonges (VS), l’entreprise technologique MobyFly s’est donné pour mission de développer des bateaux de transport à hydrogène ou électrique. Ces derniers sont dotés de foils pour pouvoir naviguer hors de l’eau et gagner en performance. Récemment, MobyFly a annoncé la conclusion d’un contrat pour la construction de neuf bateaux écologiques avec l’opérateur portugais Nosso Tejo. Une opération qui se chiffre à plusieurs dizaines de millions de francs !

Etalé sur quatre ans, cet accord porte sur la précommande de quatre bateaux de 60 places et cinq de 300 places. Le premier navire devrait être livré en mai 2022. « Nos bateaux fonctionnent grâce au principe de portance, le même qui permet à un avion de décoller. A partir d’une certaine vitesse, le design du foil crée une dépression/surpression qui soulève une partie de la coque. Affranchi du frottement de l’eau, l’engin accélère et atteint des pointes de vitesse pouvant aller jusqu’à 70km/h, soit un gain de 70% comparé à un ferry rapide classique » explique dans les lignes de l’AGEFI Anders Bringdal, co-fondateur de MobyFly.

 

Convaincre les investisseurs du potentiel de ces bateaux écologiques à la pointe de la technologie

Faire le pari d’utiliser les lacs, fleuves et mers pour le transport commun et ainsi désengorger les villes est risqué, mais la PME a déjà convaincu de nombreux investisseurs. Elle bénéficie notamment de fonds d’innovation de la communauté européenne. Pour soutenir sa croissance, elle organise actuellement sa deuxième levée de fonds. 

Les bateaux à zéro émission de CO2, le futur de l’éco-mobilité ? C’est du moins ce que l’on souhaite à l’entreprise valaisanne qui a déjà conclu six autres commandes avec les marchés suisse, français, japonais, américain et néo-zélandais. Une technologie qui a déjà la cote à l’international !

 

Source : AGEFI