Compáz : Quand l’art redonne du sens à la science


Compáz : Quand l’art redonne du sens à la science

Combiner art et science permet d’apporter une certaine profondeur et de prendre du recul sur l’intérêt réel du progrès technologique. Un créneau dans lequel se positionne l’association Compáz, avec ses œuvres imprimées sur des panneaux photovoltaïques.

Après avoir travaillé dans la recherche et le développement des technologies photovoltaïques, notamment à l’EPFL et au CSEM, Laure-Emmanuelle Perret décide de fonder l’association Compáz en 2017 avec Lats Kladny et Raphaël Pizzera, deux amis actifs dans les domaines de l’art, du design et de la communication.

Objectif: élaborer des installations artistiques afin de faire passer des messages forts en termes d’énergie et d’environnement. Une première installation réalisée sur le site du Laténium – le parc et musée d’archéologie de Neuchâtel – a ainsi permis de faire comprendre au grand public que les panneaux photovoltaïques pourraient équiper beaucoup plus d’ouvrages qu’à l’heure actuelle, sans pour autant nuire au paysage. Recouvertes de photographies des anciens villages immergés dans le lac de Neuchâtel, ces installations énergétiques et artistiques imaginées par Compáz ont suscité un vif intérêt auprès des passants et visiteurs du musée. Elles prennent appui sur une technique unique permettant d’appliquer des images haute définition sur des panneaux solaires photovoltaïques, sans en altérer les propriétés.

«On constate que les arguments écologiques et techniques ne permettent pas à eux seuls de faire adopter les nouvelles technologies, telles que le photovoltaïque, par la société», explique Laure-Emmanuelle Perret. «Dans ce sens, l’art est un bien meilleur médium, notamment parce qu’il permet de susciter l’intérêt du grand public en agissant sur les émotions.» Et de relever que la science expérimentale est depuis trop longtemps devenue une démarche d’ingénierie purement technique et technologique. «Et surtout économique et politique.»

 

Envergure internationale

L’association Compáz s’est récemment illustrée à Pékin avec l’installation Photo-Synthesis. Le principe: une photographie de plantes présentée sur un triptyque extérieur et intérieur. L’œuvre extérieure recouvre un panneau photovoltaïque installé dans une rue connue pour être animée par des artistes. Elle alimente en électricité l’éclairage de l’installation intérieure, située au sein du Musée national de Chine.

Sur la scène européenne, Compáz collabore également avec deux projets de grande envergure pour lesquels elle assure la communication: Be-Smart, qui vise à consolider l’industrie photovoltaïque du Vieux Continent, et Hiperion, dédié aux technologies solaires à très haute efficience énergétique. En tant que coordonnatrice de Be-Smart, Laure-Emmanuelle Perret construit des ponts entre innovation technologique et démarche artistique, afin de faire émerger une vision plus complète et plus juste du progrès scientifique. «Le rôle et la responsabilité des scientifiques est aussi d’adopter une meilleure vue d’ensemble afin de réfléchir aux conséquences et aux bénéfices de leurs développements sur notre société. Et communiquer sur ces avancées technologiques au grand public est fondamental; c’est là précisément que l’artiste intervient.»
 

Source : Efficience 21

 

Kontakt

Place Numa-Droz 2
2001 Neuchâtel (NE)

: +41 (0) 32 727 70 75

https://compaz.art/fr/