Hilyte : Une idée lumineuse


Hilyte : Une idée lumineuse

Fondée en janvier 2018, l’entreprise hiLyte a mis au point un ingénieux système permettant de recharger un téléphone portable et d’allumer une lampe en utilisant du fer et de l’eau. Un dispositif précieux pour les habitants de régions non raccordées au réseau électrique.

 Plus d’un milliard. C’est le nombre de personnes dans le monde vivant encore sans accès au réseau électrique. Dans ces régions non électrifiées, il est fréquent d’utiliser des lampes fonctionnant au kérosène. A la fois polluantes et dangereuses, elles s’avèrent en outre onéreuses pour leurs utilisateurs. Afin de pallier ce problème, l’entreprise hiLyte a développé un système de recharge particulièrement innovant qu’elle commence à commercialiser en Tanzanie, où elle s’implique activement auprès des habitants et des acteurs économiques.

«Les personnes à qui notre dispositif s’adresse gagnent en moyenne deux dollars par jour, souligne Briac Barthes, cofondateur de l’entreprise hiLyte. Il est donc essentiel de pouvoir leur proposer une alternative abordable économiquement parlant. Notre approche consiste en même temps à privilégier un système durable et non nocif pour ses utilisateurs.»
 
 

Du fer et de l’eau pour produire de l’électricité 

C’est en considérant tous ces aspects que la jeune entreprise a élaboré une batterie fonctionnant avec des plaquettes de fer, une éponge en carbone et de l’eau mélangée à du sulfate de fer, un déchet issu de la production d’acier disponible en grande quantité. Chargé en électricité grâce à une oxydo-réduction du fer, le liquide est attiré par l’éponge en carbone.

Avec un filtre à café placé entre les deux parties du dispositif, le système agit en détournant les électrons que l’on va ainsi pouvoir récupérer pour alimenter une lampe et recharger un téléphone portable. Non polluante (la solution de sulfate de fer peut être déversée dans le sol) et sûre, cette batterie d’un nouveau genre est également efficiente: 200 ml d’eau mélangés au sulfate de fer permettent en effet de fournir cinq heures d’électricité. Ce dispositif est en outre très abordable puisqu’il ne coûte que 12 dollars. Il suffit ensuite de se réapprovisionner en poudre de sulfate de fer, en eau (même sale) et en plaquettes de fer. «Par rapport aux systèmes qui fonctionnent à l’énergie solaire, notre batterie présente également l’avantage de ne pas dépendre des aléas météorologiques», ajoute Briac Barthes.
 
Après des cours d’entrepreneuriat et un soutien financier de 5000 francs d’Innosuisse, une très belle 9ème place dans le concours MassChallenge Switzerland ainsi qu’une incubation au sein du pôle d’innovation neuchâtelois Microcity, l’entreprise poursuit sa croissance en Tanzanie après avoir été sélectionnée par le magazine Forbes dans son classement des 30 Under 30. Objectif: pérenniser sur place la production et la vente de ses batteries, ce qui passe notamment par la formation d’acteurs économiques locaux. Une étape actuellement en cours avec plusieurs ONG.
 

Source : Efficience 21
 
 
 

Kontakt

Rue de la Pierre-à-Mazel 39
2000 Neuchâtel (NE)

: +41 (0) 79 356 87 20
contact@hilyte-power.com

http://hilyte-power.com/