Partager:

Le marché de l’eau au Brésil : nouvelles opportunités pour les entreprises suisses

07.10.2020

Switzerland Global Enterprise a sorti un rapport sur l’assainissement au Brésil. Celui-ci décrit la situation problématique du marché de l’eau au Brésil, de l’approvisionnement en eau à l’évacuation des eaux usées. Une nouvelle réglementation approuvée cet été permet d’améliorer les conditions actuelles des populations et des sociétés impliquées dans l’assainissement de l’eau. Elle vise à accroître la transparence et stimuler la participation d’acteurs privés. En conséquence, le secteur de l’eau nécessite la modernisation de son infrastructure pour être conforme aux nouvelles normes. Ce nouveau cadre juridique offre des opportunités commerciales au Brésil pour les entreprises suisses. 

Selon la Constitution brésilienne, les municipalités sont chargées des services publics d’assainissement. Elles peuvent concéder l’exploitation à des entreprises publiques ou privées. Cependant, le monopole du secteur est essentiellement public. Les sociétés étatiques ont le monopole sur des zones géographiques et ne sont pas en concurrence avec les entreprises des régions voisines.

 

Brésil à la traîne  

Le rapport de Switzerland Global Enterprise dépeint la situation actuelle du secteur de l’eau. Il estime que seulement 83% de la population a accès à l’eau traitée. Partant de ce constat, 35 millions de personnes n’ont pas accès à une eau traitée. De plus, 100 millions ne sont pas raccordés à l’assainissement collectif. Dans la mesure où la consommation d’eau du Brésil en 2017 s’élevait à 9.9 milliards de m3, seuls 4.4 milliards de m3 ont été évacués correctement. 

 

Un nouveau cadre juridique

Pour que la situation devienne acceptable, il faudrait construire 200'000 kilomètres de réseau de distribution et plus de 300'000 kilomètres pour la collecte des eaux usées. L'objectif est d'atteindre une couverture de 99 % pour l'approvisionnement en eau potable et de 90 % pour la collecte et le traitement des eaux usées d’ici au 31 décembre 2033. Les investissements prévus s'élèvent à 700 milliards de réaux.

Pour réaliser ces objectifs, le Parlement brésilien a approuvé une nouvelle législation en juillet 2020. Il a attribué à l’Agence nationale de l’eau (ANA) la responsabilité d’unifier les normes concernant la qualité, le service et la tarification de l’eau.

Désormais, les municipalités ou les Etats devront lancer des appels d’offres pour octroyer les concessions pour l’assainissement. L'entreprise qui remporte l'appel d'offres devra assumer les objectifs d'universalisation dans la région. Il sera possible d’exploiter l’assainissement par blocs. Cette nouvelle règle facilite l’entrée dans le marché des sociétés privées et favorise les investissements tout en permettant de proposer de meilleurs tarifs. 

 

Opportunités d’affaires pour les entreprises suisses

Le nouveau scénario, qui se dessine sur le marché brésilien grâce à la nouvelle législation, offre de nouvelles opportunités aux sociétés suisses. L’entrée la plus facile est par l’intermédiaire des entreprises privées exploitant des concessions publiques. Par conséquent, il est important de garder un œil sur les gagnants des appels d’offres afin de leur fournir l’équipement nécessaire. Les sociétés helvètes peuvent participer au développement du secteur de l’eau de plusieurs manières. Le rapport esquisse quelques pistes. Par exemple, les entreprises suisses peuvent leur offrir des solutions technologiques et/ou durables pour résoudre les problèmes de gaspillage d’eau. Elles peuvent leur apporter des solutions dans la réutilisation de ressources naturelles telles que la boue. Elles peuvent également fournir des machines innovantes qui permettent de limiter l’espace pour l’assainissement et ainsi réduire les coûts.

 

Vous trouvez le rapport complet ainsi que les personnes de contact sur le lien suivant : « Water and wastewater market in Brazil » 

 

Source : « Water and wastewater market in Brazil » rapport publié par Switzerland Global Enterprise