Partager:

HOOC, la startup qui promet de sécuriser l’accès à distance de vos machines ou équipements

07.06.2018

Connecter les gens à la technologie, c’est la mission que s’est fixée la société valaisanne HOOC AG. Pour mener à bien son projet, elle a créé un petit boitier qui permet à tout un chacun – comprendre sans connaissances informatiques – d’installer un accès à distance sécurisé pour contrôler et faire un suivi de ses installations. Une simplicité que nous explique Daniel Berchtold, cofondateur et sales manager de HOOC.



CleantechAlps (CTA) : Quel est votre concept ?
Daniel Berchtold (D. B.) : Nous avons développé un boitier d’une dizaine de centimètres de haut pour quatre de large qui s’installe très facilement sur le réseau internet d’un bâtiment. Nous voulons offrir à nos clients l’opportunité de garantir la sécurité de leur accès à distance. Notre boitier utilise le principe du VPN.


CTA : Qu’est-ce qu’un VPN ?
D. B. : Un Virtual Private Network – réseau virtuel privé – crée un tunnel où les données sont protégées des attaques extérieures. Toutes les informations sont chiffrées à l’entrée (avant qu’elles ne sortent sur le réseau extérieur à l’installation) et ne sont décodables qu‘à la sortie du tunnel. Il garantit également la confidentialité des données. Nous-même, nous n’avons pas accès aux informations échangées entre le boitier, le client HOOC et la plateforme.
 

CTA : Pourquoi vous être lancés dans ce projet ?
D.B. : Je viens du monde de la construction et j’ai constaté que lorsque vous mettez en service un bâtiment, on parle de gros bâtiments administratifs ou logistiques par exemple, il faut retourner plusieurs fois sur le site pour régler les premiers problèmes. Problèmes qui sont généralement de type informatique. Il n’y avait pas de solutions pour faire ces maintenances à distance, c’est pour cela que nous avons développé le boitier et fondé HOOC AG. Notre objectif, c’est la digitalisation des bâtiments et la mise en réseau de tous les intervenants qui gravitent autour des installations, qu’il s’agisse d’une chaudière, d’une ligne de production, des cuves de fermentation ou toute installation pilotable à distance – ce qui est le cas de la plupart des systèmes actuels.
 

CTA : Il ne suffirait pas d’installer un firewall ?
D.B. : Vous pourriez, mais dans ce cas, vous n’auriez pas un réseau virtuel, ni un accès à distance, ni le contrôle sur les personnes qui accèdent à votre système dans son ensemble. Sans compter que, si vous n’avez pas les connaissances à l’interne, vous devriez acheter un logiciel et faire appel à des informaticiens qualifiés et spécialisés dans la connexion avec les systèmes PLC et ces compétences ne se trouvent pas facilement.
 

CTA : Qu’apportez-vous à vos clients ?
D.B. : Les utilisateurs veulent avoir accès à leurs données et savoir ce qui se passe dans le bâtiment. Ce qui est préoccupant dans la pratique actuelle, c’est que de nombreuses installations sont connectées au réseau sans être sécurisées, avec tous les risques d’attaques informatiques que cela comporte. HOOC propose une solution plug&play, entièrement conçue et produite en Suisse, facile à mettre en place et cela sans connaissances techniques. Il suffit d’avoir un boitier et un accès à internet pour accéder à l’application HOOC compatible avec n’importe quel support (ordinateur, smartphone ou tablette). Un boitier suffit pour tout un bâtiment ! Et s’il n’est pas connecté à internet, nous avons un deuxième modèle qui utilise le réseau mobile pour le connecter, c’est aussi simple que cela.
 

CTA : Quel est votre impact dans le monde des cleantech ?
D.B. : Nous offrons un service de gestion utile. En connectant les machines à un réseau virtuel, il est possible de toutes les contrôler sans bouger de son bureau. C’est un pas significatif vers les véritables smart city. C’est-à-dire que les données pourront être utilisées pour anticiper les besoins du bâtiment en fonction de la météo par exemple ou pour les rendre plus efficients.
 

CTA : Quelles sont les prochaines étapes ?
D.B. : Nous sommes en train de développer deux prototypes. Le premier est axé sur le monitoring virtuel : aujourd’hui, on peut lire les données et demain, on pourra également agir sur le réseau grâce à une connexion bidirectionnelle. Le second projet et en développement avec Invisia à Zurich, c’est un système pour le chargement des voitures électriques. Chaque chargeur est équipé d’un HOOC, ce qui leur permet d’interconnecter toutes les prises, centraliser les données et contrôler les cycles de charges. Il s’agit de développer un concept de Virtual Power Plant où le fournisseur peut anticiper ses besoins en électricité et faire du trading d’énergie afin d’optimiser les dépenses et la gestion. Par exemple, si le fournisseur sait qu’entre 18h et 20h, toutes les voitures seront en charge, il pourra acheter de l’électricité en avance, lorsqu’elle est meilleure marché, ou décaler le début du chargement à des heures où l’énergie est moins chère.
HOOC se concentre sur la mise à disposition de données à travers une interface, la suite, c’est à chaque client d’imaginer ce qu’il pourrait en faire.


CTA :  Que vous a apporté la plateforme CleantechAlps ?
D.B. : Au départ, on savait qu’on avait un système qui fonctionnait et qui avait du potentiel. Avec CleantechAlps, on a gagné en visibilité, c’est vraiment « the place to be » qui nous a offert la possibilité d’exploiter ce potentiel. La plateforme soutient des entreprises qui cherchent l’efficience énergétique et aide à les mettre en relation avec les bons partenaires.  En termes de visibilité, c’est très intéressant, car nous sommes convaincus qu’HOOC peut apporter une solution adaptée aux préoccupations du monde des cleantech et à l’optimisation de la consommation des ressources, le défi est d’accéder à ces clients. Dans ce sens, CleantechAlps est une vitrine qui nous assure une crédibilité bienvenue.
 

HOOC SA
Site web : www.hooc.ch
Contact : Daniel Berchtold, info@hooc.ch

Daniel Berchtold

Photo : Daniel Berchtold (HOOC), Wolfgang Thiele (Energie Solaire), Bertrand Piccard (World Alliance for Efficient Solutions) et Eric Plan (CleantechAlps).

 

Continuez votre lecture en (re)découvrant les portraits de huits entrepreneurs à la pointe de l'innovation dans le secteur des cleantechs :